Univers Virtuels teste DC Universe Online



Nous sommes plusieurs, dans l'équipe d'Univers Virtuels, à avoir eu le privilège d'entrer dans le Beta-test fermé de DC Universe Online. Nous avons donc décidé de vous faire part de notre expérience de manière originale en vous présentant le point de vue détaillé de quatre personnes de l'équipe, à savoir Kitty (modératrice Guild Wars et fan de super-héros), Coxie (génial touche-à-tout d'UV, et grand fan de Wonder Woman), Jabu (Rédacteur Champions Online) et moi-même, rédacteur DCUO. Cette formule a l'avantage de vous donner quatre points de vue différents sur le jeu, chacun vous racontant son expérience selon sa propre approche et sa sensibilité propre (nous n'avons pas forcément tous été frappés par les mêmes choses, en bien ou en mal). Jabu, en particulier, vous dressera un portrait comparatif entre Champions Online (qu'il connaît bien, pour cause) et DCUO, en vous montrant les points de convergence et de divergence.

Cet article étant assez long, vous trouverez ci-dessous un index vous permettant d'aller directement vers le test de votre choix :

Test DCUO par Coxie



Premier contact à reculons...



Lorsque j'ai vu ma première démonstration de DCUO, nous étions à la Games Com en Aout 2009. Autant dire qu'à ce moment là, j'étais persuadé que je ne mettrais jamais les pieds sur ce jeu tellement c'était moche, statique et sans intérêt.
Quelques semaines plus tard sortait Champions Online, et, aimant tout ce qui touche aux comics en général, il était tout naturel que je m'y essaie. J'ai donc bien vite oublié DCUO mais au fur et à mesure des semaines qui passaient, j'ai commencé à voir apparaître ici et là des nouvelles images ou vidéos du jeu qui, sans pour autant être exceptionnelles, marquaient toutefois une nette amélioration par rapport à mon premier contact, et ma curiosité s'est de nouveau éveillée, d'autant plus que Champions Online commençait à s'essouffler de part son manque de contenu et de son suivi chaotique par Cryptic.

Voilà donc le moment enfin arrivé, j'ai une clé béta entre les mains et je vais pouvoir « en vrai » me rendre compte directement des progrès effectués et de l'état du jeu . Ce premier bilan est fait après 3 jours de jeu, il y a donc sans doute de nombreux aspects que je n'ai pas découvert mais cela permet tout de même de se faire une première idée.

Les bonnes surprises



La vraie grosse bonne surprise concerne l'aspect graphique, le jeu n'a plus rien à voir avec mon contact de l'été 2009. Si Champions Online fait dans le fluo et la couleur pétante, DCUO a réussi le pari de restituer à l'écran l'aspect papier des comics voir parfois des films (Gotham et son ambiance... ouahou)
Si le mélange des genres m'a un peu perturbé au départ, des textures réelles de flammes ou de fumée par exemple s'échappant de la fenêtre d'un immeuble sans relief, on fini par s'y faire car il s'avère que l'on ne note ce genre de phénomènes que lorsque l'on se penche vraiment sur les détails. Dès que l'on prend un peu de recul, on retrouve tout de suite une cohérence dans les éléments graphiques et les vues d'ensemble sont superbes comme le montre cette vue de Gotham qui pourrait être tout droit sortie de votre salle de ciné.



Autre agréable surprise, le gameplay. Si, encore une fois en août 2009 j'avais été marqué par le manque de dynamisme flagrant de la démo, il en est tout autre aujourd'hui. On voit bien que le jeu a été développé pour être porté sur console. Nous ne sommes plus sur un Mmo pour PC, mais bien sur un jeu d'action de console. Ça bondit, ça court, ça tournoie dans tous les sens lors des combats. Pour ma part; j'ai joué au clavier, ce qui est tout à fait faisable mais je pense qu'un Gamepad pour gagner un peu en précision est le bienvenue.
J'ai parfois retrouvé les mécanismes d'un bon jeu de baston à la Soulcalibur, ça défoule c'est bon.

Pour le contenu, difficile de se faire une idée précise en 3 jours mais à aucun moment je n'ai été à tourner ici ou là pour trouver quelque chose à faire, il y a toujours une mission à effectuer quel que soit l'endroit où vous vous trouvez.
Concernant ces missions, rien de révolutionnaire, comme dans la plupart des jeux aujourd'hui on alterne entre le « ramenez moi 15 bidules » ou « Allez taper le gros là bas », il serait temps que les développeurs montrent un peu d'originalité de ce côté là car, quel que soit le jeu, que l'on soit dans un monde de SF, d'Héroic Fantasy ou tout autre, on y fait toujours la même chose même si le Dragon laisse sa place à un super héros en collant fluo et qu'au lieu d'aller récupérer des herbes médicinales, on vous charge d'aller piquer des badges de policiers.

Dernier point, la bande son, pas trop présente elle est juste suffisante pour ajouter à l'immersion et colle parfaitement à la situation selon le personnage rencontré, le lieu, l'action en cours. Les voix des personnages (en version originale du moins) sont très bien choisies.

C'est sympa


Voilà pour les impressions globales. Si l'on rentre un peu plus dans le détail, on s'aperçoit que le monde est immense, je n'ai fait que me balader dans Gotham ou Métropolis et je n'en ai pas fait le tour en 3 jours... c'est énorme, les quartiers ont bien leur caractère propre, nous n'avons pas toujours l'impression de voir la même chose.

L'éditeur de personnage, bien que nettement moins développé que pour Champions Online (c'est peut-être mieux d'ailleurs, cela évite de croiser des avatars improbables même dans l'imagination des plus tordus des créateurs de monstres) est amplement suffisant au départ (quoiqu'un petit peu plus de possibilités dans l'application des couleurs ne me déplairait pas) puisque rien n'est figé.
En effet, au fur et à mesure de votre progression, vous pourrez changer l'équipement (et donc l'apparence) de votre personnage sans en changer ses caractéristiques. Voilà un point positif, plus de regret à ne pas pouvoir enfiler telle jupe ou tel morceau d'armure car les stats ne sont pas les bonnes. Donc, même si, au départ du jeu, on risque de voir pas mal de clones, très vite il y a moyen de se distinguer et de ne plus être confondu avec son voisin.

Avant et après quelques heures de jeu et trouvailles sympathiques


L'obtention des missions, plus besoin (ou presque) d'aller à le recherche du fameux « ! » planqué dans un coin, elles s'obtiennent quasi automatiquement au fur et à mesure de leur réalisation. Ce qui est sympa car du coup leur enchaînement garde une cohérence et on se retrouve à effectuer des arcs de missions dont l'objectif final est en général la capture d'une icône. Pour ma part, j'ai eu l'occasion de renvoyer dans leurs foyers respectifs, The Huntress, Scarecrow ou Bane par exemple.
La réussite de ces arcs donne lieu à la diffusion de petites cinématiques très bien réalisées au passage.
Cinématiques que vous pouvez revoir à tout moment puisque que la finalisation d'un arc vous permet d'obtenir un titre. Ces titres sont listés dans un énième menu à partir duquel vous pouvez revoir cette cinématique.
Le désavantage de ce système c'est que l'on fini par avoir un bon paquet de missions en stock sans plus savoir par où commencer.

J'ai pu me tester au PVP sous la forme d'Harley Queen et sans avoir testé le format sous tous ses angles, c'était bien fun, entre les compétences attribuées et le fait de pouvoir taper sur du Batman, un bon moment de rigolade. Je pense qu'il y a de quoi passer de bons moments.

J'ai pas aimé



Et oui si la perfection existait, ça se saurait, il y a donc tout de même des choses à revoir même s'il ne faut pas oublier que nous sommes là sur une version béta du jeu et que certaines choses seront donc sans doute modifiées d'ici à sa sortie.
S'il y a quelque chose à revoir dans DCUO, c'est son interface. D'une part elle est bien trop grosse, même en la réduisant à son minimum, la moindre fenêtre vient vous occulter la moitié de l'écran. Autant certains détails graphiques du jeu sont à la limite de la perfection autant là c'est un loupé complet. Pourquoi avoir conçu des fenêtres si grosses ?? Sans doute pour y caser les différentes icônes elles même bien trop simplistes et de nombreuses boîtes pleines de vide.
On frise même le ridicule quand à la création de votre personnage, vous devez par exemple choisir la couleur des yeux... bon si je veux des yeux verts, qu'est-ce que cela va donner ? Et bien vous ne le saurez pas car votre personnage est plus ou moins masqué par la fenêtre de paramètres... il faut donc valider le choix, fermer la fenêtre, regarder (et il n'y a pas moyen de zoomer sur la tête donc de toute manière vous ne verrez pas le résultat) et si, par magie, vous constatez que cela ne vous satisfait pas et bien on recommence, on ouvre la fenêtre on choisit la couleur et on referme le tout en espérant que cette fois le rendu soit le bon.

Difficile de se rendre compte du résultat


Au pire si les premiers choix ne sont pas bons, cela n'est pas dramatique puisqu'il y a toujours moyen une fois en jeu de revoir complètement le look de votre personnage.

Toujours concernant cette interface, elle fonctionne à tiroirs. Du coup il faut parfois ouvrir (et donc fermer) 4 ou 5 fenêtres avant d'arriver à celle souhaitée, ça en devient limite pénible car il faut ouvrir, puis fermer puis ouvrir puis fermer... etc pour aller appliquer vos 2 pts de pouvoirs à répartir.

Comme je le disais , nous sommes ici sur une version béta mais il y a encore pas mal de problèmes d'affichage essentiellement sur les animations des pouvoirs de mouvement. Un personnage en vol est toujours droit comme un « i » et lorsque vous grimpez aux murs, on se demande par quelle magie cela fonctionne parfois ou encore les véhicules imbriqués les uns dans les autres et formant une méga limousine à 18 roues...

Embouteillage ou collision en chaine ?


Toujours sur l'animation, dommage que les développeurs n'aient pas fait l'effort de synchroniser les mouvements de visage des personnages avec les voix. C'est, aujourd'hui, quelque chose de relativement courant pourtant et ça gâche un peu le plaisir de vouloir regarder la petite cinématique du moment.

Toujours concernant la partie graphique, il y a quand même des inégalités, si Gotham est parfaitement réussie, Metropolis manque d'âme, c'est plat, froid et vide on n'y retrouve pas le côté resplendissant qu'elle est sensée avoir en opposition à Gotham.

Je précisais au départ de cet article que j'avais été bluffé par le dynamisme des combats, mais hélas en contre partie, le jeu manque de précision, combien de fois me suis-je retrouvé à taper dans le vide à l'écran bien qu'ayant sélectionné un ciblage auto. Là encore, il y a des améliorations à apporter.

Dernier point critique pour ma part, la difficulté, est-ce là encore du au fait que nous étions sur une béta ? Mais quoiqu'il en soit, j'ai trouvé le jeu facile même en faisant plus ou moins n'importe quoi dans la sélection des arbres de pouvoir, j'arrivais sans trop de problème à plier mes objectifs.

Conclusion



Je reste quand même bluffé par le travail effectué sur ce jeu. Sans être à la pointe de ce qui peut se faire aujourd'hui techniquement dans certains MMO on y trouve juste ce qu'il faut pour retranscrire l'ambiance des comics et des films de la la licence qui devrait plaire aux fans.
Je vois DCUO plus comme un jeu d'action coopératif qu'un MMO traditionnel, mais pour y passer de bons moments entre amis je pense que c'est l'idéal, pas besoin de passer des heures à farmer telle ou telle zone. Il y a de fortes de chances que je me laisse embarquer dans l'aventure quelques temps histoire de voir autre chose que des nains, des elfes, des gobelins dans un décor pseudo médiéval.

En résumé



Mes Plus :
  • Graphismes globalement très réussis
  • Dynamisme des combats, un vrai jeu d'action sur ce point
  • Un univers respecté


Mes moins :
  • Interface à revoir complètement
  • Inégalité de traitement des zones (Gotham superbe, Métropolis sans âme)
  • Encore pas mal de soucis dans les animations (voitures, mouvements) mais bon nous sommes là sur une béta.
  • Une difficulté de jeu un peu faiblarde


Retour à l'index des tests

DCUO vs CO : Jabu teste DC Universe Online


(ou le duel des télépathes : à ma gauche Psyche UV vs à ma droite Psyche)





Deux MMO avec le même univers de super héros, deux jeux développés simultanément pour PC et console.
Champions Online (alias CO) est sorti en septembre 2009 et depuis l’annonce du développement de DC Universe Online (DCUO pour les intimes), on n’a cessé de voir apparaître dans les forums des messages du style « CO est mort une fois que DCUO sortira ». J’ai pu tester DCUO et nous allons voir ce qu’il en retourne effectivement.

L’éditeur de personnages


Commençons par le commencement, à savoir l’éditeur de personnages. Très complet sur CO, l’éditeur de personnages de DCUO n’en est pas moins complet même si moins d’options de personnalisation sont disponibles. Exit les super héros à allure de monstre ou à allure de cyborg (totalement ou partiellement) de Champions Online, DCUO ne veut que des héros d’allure humaine.
Une fois le costume choisi, vous pouvez le teindre. DCUO n’autorise que 3 teintes différentes pour le costume de votre super héros, alors que dans CO, chaque élément de costume peut être teint indépendamment.
En conclusion, pour l’éditeur de personnages avantage Champions Online

Le tutoriel et le maniement du personnage


Une fois votre personnage créé, vous vous retrouvez dans une zone de tutoriel pour apprendre à vous familiariser avec le maniement de votre super avatar. Dans CO, le tutoriel est riche en petites quêtes qui mettent en évidence chaque aspect du maniement de votre super héros ; DCUO, de son coté, vous plonge directement dans l’action et vous apprenez « sur le tas » à manier votre personnage.
D’ailleurs, on voit bien que le développement pour console est passé par là, autant sur CO que DCUO : ils prennent une toute autre dimension avec une manette de jeu (la manette optimale étant une manette Xbox 360 pour CO et une manette PS3 pour DCUO mais toute autre manette fait l’affaire, j’ai fait mon test avec une manette Xbox 360). DCUO a fait le pari de l’action et il vous faudra malmener les boutons de votre manette pendant un long moment avant d’avoir un instant de répit.
A signaler toutefois que le ciblage des ennemis est plutôt aléatoire ; même avec l’option « ciblage automatique » activée. Combien de fois me suis-je retrouvé à boxer dans le vide alors que je me faisais frapper par un ennemi ?

Les quêtes et missions


Pour ce qui est du déroulement des quêtes et missions, nos deux jeux se différencient. Pour Champions Online, votre héros accepte tout un tas de missions et son journal de quêtes devient presque un dictionnaire alors que dans DCUO, la tendance est plutôt aux « arcs de quêtes », dont les objectifs évoluent au fur et à mesure ; un peu comme les missions ouvertes de CO.
Je dirai donc pour cet aspect là, DCUO prend l’avantage sur CO

Les pouvoirs


Tout super héros qui se respecte possède des pouvoirs et nos deux jeux ne dérogent pas à la règle.
Le super héros DC a le choix entre deux arbres de pouvoirs dans sa spécialité et au cours de son évolution, il ne pourra pas développer d’autres pouvoirs que ceux de ces deux arbres (en plus de l’arbre des pouvoirs iconiques qui sera débloqué au niveau 10). A l’opposé, le champion de Cryptic peut choisir absolument n’importe quel pouvoir de n’importe quel arbre s’il en possède les pré-requis ; on peut donc voir des manipulateurs de feu capables de manipuler la glace dans CO alors que DCUO ne le permet pas, le feu et la glace étant deux spécialités différentes.
Pour être activés, tous ces super pouvoirs nécessitent de l’énergie. Un Champion possède pour cela un pouvoir de renforcement énergétique (généralement à distance) qui lui fournira le carburant nécessaire à l’activation de ses pouvoirs. Le personnage DC, pour sa part, se sert de l’arme que vous avez choisie lors de sa création ; au départ de votre histoire vous avez à votre disposition une attaque à distance et une attaque de mêlée.
N’oublions pas aussi qu’être un super héros ou un super vilain vous fera courir le monde. Quoi de plus fatigant que de se déplacer en marchant ou en courant ? Vous avez la classe alors montrez-le ! Utilisez donc vos pouvoirs de déplacement ; et là, DCUO se la joue un peu feignant avec seulement 3 pouvoirs de voyage (vol, acrobatie et super vitesse), contre les 13 pouvoirs de voyage de CO avec toutefois une différence notable sur un pouvoir emblématique : la super vitesse. Dans DCUO la super vitesse vous permet de grimper sur les murs verticaux ou même de courir sur l’eau, alors que dans CO, vous ne pouvez que courir sur le sol. C’est trop injuste !!!

La montée de niveaux


Lorsque votre personnage gagne un niveau, il gagne la possibilité d’améliorer ses pouvoirs.
Champions Online vous fait bien ressentir que votre personnage gagne en puissance lorsque vous gagnez un niveau : explosion d’énergie, musique emphatique... Bref tout le monde est au courant que vous venez de gagner un niveau.
Vous pouvez alors améliorer vos pouvoirs en dépensant des points d’avantage, après avoir fait, bien entendu, un détour par la centrale la plus proche (quoi, elle est à l’autre bout de la carte ? Mais j’ai pas le temps moi !!!).
DCUO au contraire se la joue un peu plus discret… Certes votre personnage se met à briller un peu mais cela reste très fugace ; heureusement qu’un message reste à l’écran pour vous annoncer que vous avez gagné un niveau.
Ici, on ne peut pas améliorer ses super pouvoirs. Néanmoins on peut apprendre de nouveaux combos d’armes ou gagner des avantages sur son pouvoir de déplacement. Toutes ces améliorations ne nécessitant pas d’aller dans un endroit particulier de la carte, les modifications sont donc faites « sur place ».

Au final qu’en est-il ?


Ces deux jeux, bien que jouant dans la même cour ne sont pas les mêmes et tant mieux ! De là à dire que l’un viendra draguer le public de l’autre, c’est vite dit. En effet, chacun possède ses caractéristiques bien spécifiques : si vous voulez un univers dans lequel vous voulez avoir la maîtrise totale de votre personnage, alors CO est plutôt fait pour vous. Si c’est l’action pure et dure qui vous intéresse alors vous vous tournerez vers DCUO.
Par ailleurs l’aspect graphique de DCUO tend à vous faire évoluer dans un monde plutôt sombre et proche de la réalité alors que celui de CO vous plonge dans un monde très coloré faisant vraiment penser à une bande dessinée. Donc suivant votre humeur, vous pourrez très bien vous tourner soit vers l’un soit vers l’autre mais je ne dirai pas que la sortie de DCUO sonne le glas de CO.

Je signale aussi une petite chose de dernière minute pour ceux qui auraient une connexion en carton (ça arrive) : si vous avez droit à une déconnexion sauvage, CO vous renvoie à l’écran de connexion et vous permet de reprendre votre personnage à l’endroit même de sa déconnexion. Sur DCUO au contraire, vous êtes invité à quitter le jeu et le redémarrer après avoir fait une vérification de tous les fichiers. C’est bon à savoir pour les instances particulièrement longues et difficiles…

Retour à l'index des tests


Kitty teste DCUO


Grande fan incontestée du monde des comics, je ne pouvais pas passer à côté de ce jeu. Tout d'abord circonspecte, j'ai tenté l'aventure, et ce malgré mon anglais plus qu'hésitant.

Dès le début, une superbe cinématique vous prend les tripes en vous narrant la situation à travers un Lex Luthor venu du futur. A force de s'entretuer, Héros et Vilains n'ont tout simplement pas fait attention à l'arrivée de Brianac et son invasion extraterrestre. La Terre est dévastée. Luthor n'a qu'une solution : revenir dans le passé pour prévenir Batman, Superman et Wonder Woman du désastre à venir.

Et c'est là que tout commence



Dès le départ, vous vous sentez impliqué dans la crise qui plane au-dessus de votre tête. Fraîchement débarqué, héros ou vilain, vous vous retrouvez au sein d'une structure de Brianac et votre première mission est simple : sauver votre peau. Pressé d'en sortir, vous dégommez tout de la plus simple des manières : la BASTON ! Vous rentrez dans le tas, vous apprenez les premières techniques en deux clics de souris, la capacité de course, de vol, d'acrobatie, puis vous sortez de là avec l'impression d'avoir mis directement les pieds dans le plat. Maintenant que votre mentor est venu vous chercher, vous n'avez plus le choix : vous faites parti du combat !

Plusieurs essais



Pour ma part, j'ai du créer trois personnages avant de trouver mes marques. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons. Le premier personnage était une archère placée sous le tutorat de Wonder Woman. J'ai testé l'acrobatie, qui certes est intéressante, mais peu réaliste (vous pouvez, par exemple, sauter dans l'air pour continuer de "planer" après un saut dans le vide...). Vous êtes une belle copie de Spiderman lorsque vous grimpez sur les murs mais vous semblez flotter dessus...

J'ai parcouru Métropolis - ou surtout le quartier de Chinatown - en tapant du vilain sans vraiment comprendre ce que je faisais, puis je me suis prise au jeu en entrant dans un arc de quête qui m'a poussée à libérer Zatana et à botter les fesses de Faust, le tout dans un combat des plus épiques. L'immersion est parfaite, appuyée par une petite cinématique type comics des plus sympathiques.
Le jeu commence à me plaire malgré mes lacunes dans la langue de Shakespeare. Seulement... Métropolis... si lisse, si vide... des blocs placés ici ou là, mais aucune chaleur malgré le soleil qui couvre la ville... !

Mon deuxième essai sera une Vilaine inspirée directement de Catwoman. Je suis ainsi sûre d'arriver à Gotham City. Et là le choc : La ville est parfaite ! La copie parfaite des comics, avec l'ambiance feutrée et noire, dangereuse, bruyante, dans un jeu de lumière savamment instaurée... à ma décharge, j'ai toujours été beaucoup plus inspirée par l'univers de Batman et de ses acolytes, que par celui de Superman. Les quêtes sont aussi beaucoup plus intéressantes (mettre une raclée aux agents de police en libérant les mafieux du coin à coup de fouet, c'est vivifiant !)
Ce qui me déçoit ici ? Le manque de personnalité de mon personnage.

Mon troisième essai sera donc une héroïne anthropomorphique placée sous la tutelle de Batman, capable de courir presque aussi rapidement que Flash. L'univers est ok, le personnage aussi.... je me lance. Et ne m'arrête plus pendant près de cinq heures. J'enchaine les arcs en sauvant Batwoman de l'Épouvantail (ce combat est d'ailleurs particulièrement réussi entre action et illusion et plusieurs manches successives jusqu'à l'arrestation du grand méchant) ou en aidant Nightwing à combattre Bane... Seule une déconnexion intempestive du serveur m'empêche de continuer et m'apporte ainsi une pause bien méritée.

Personnalisation



Le premier acte que vous faites en entrant dans ce jeu est bien évidemment de créer votre personnage. Deux solutions s'offrent à vous : personnalisée ou directement inspirée par un héros ou un vilain (note d'Apophis : vous pouvez retrouver un guide complet sur ce dernier mode de création de personnage dans ce Guide réalisé par Univers Virtuels). La personnalisation est assez poussée avec de nombreux éléments disponibles, même si, à côté de Champion Online par exemple, cela reste limité sans être pour autant déficitaire. Vous avez donc parfaitement de quoi personnaliser votre avatar comme bon vous semble.

Si vous ne voulez pas perdre de temps et entrer directement dans le feu de l'action, vous pouvez vous inspirer. Personnellement, je trouve que cette phase est parfaite pour faire des essais mais pas pour jouer jusqu'à l'infini. Sans doute suis-je influencée par mon côté Roleplaying, car l'Inspiration fait de vous une copie quasi-parfaite du vilain ou du héros. Même costume, mêmes pouvoirs, même arme... qui pourrait résister à l'envie de se mettre dans les collants de son personnage préféré ?


L'univers de DC



Il est vrai que pour se rendre compte de toutes les ficelles de jeu, il faudrait connaître l'univers de DC, avec tous ses personnages et toutes ses intrigues dispersées sur près de 75 ans. C'est tout bonnement impossible pour la plupart des joueurs. Mais cela vous donne une idée de l'immensité de ce jeu ! Tant de gens à croiser, tant que de quêtes intelligemment placées... il y a bien des "!" ici ou là, mais juste de quoi vous faire gagner quelques items intéressants sans forcément vous prendre tout votre temps...
Bien que vous ne soyez pas (encore) une icône, vous vous sentez impliqué contre l'invasion de Brianac, poussé par les plus grands héros ou vilains qui soient. Les gens vous reconnaissent, vous appellent à l'aide... vous pouvez simplement vous balader et arrêter un petit voleur de sacs à mains sans que cela vous apporte quoi que ce soit, si ce n'est la sensation du travail bien fait.

Je suis actuellement au niveau 10 et on peut déjà deviner le travail monstre qu'il reste à accomplir. Car bien sûr, vous ne vous cantonnez pas à votre ville de départ. En passant par la base des super héros, vous pourrez aller partout sur le globe, ce qui multiplie d'autant plus votre travail.

Bilan



Il m'a donc fallu un certain temps d'adaptation, de par mes lacunes linguistiques (qui s'effaceront vite) mais aussi par mes propres choix de joueuse. Ces tâtonnements me sont propres mais prouvent cependant qu'il ne faut pas s'arrêter à une première impression dans ce jeu à l'inspiration quasi illimitée, avec une base immense et à peine effleurée lors de cette Beta.
Les graphismes sont très intéressants quoiqu'inégaux, l'interface pas du tout intelligente, certaines compétences plus faciles à utiliser que d'autres... Personnellement, je pense tester le jeu avec une manette car le clavier et la souris se trouvent limités au fur et à mesure de votre avancée. Tout dépend de votre affinité mais si vous voulez un bon jeu pour vous défouler - la difficulté étant plutôt basse au jour d'aujourd'hui - enfiler des collants sans honte ou braquer les flics avec une joie non contenue, ce jeu est fait pour vous.

Mes +

- Des graphismes équilibrés
- Du dynamisme au combat. Ça castagne fort !
- L'univers de DC fidèle à sa représentation dessinée

Mes -

- Des soucis de maniabilité avec le clavier et la souris
- Une Métropolis fade à côté d'une Gotham City particulièrement bien rendue
- Des soucis linguistiques (qui disparaîtront avec le jeu terminé)

Retour à l'index des tests

Apophis teste DC Universe Online



En tant que rédacteur DCUO, si je vous dit du bien du jeu, vous pouvez logiquement m’accuser de partialité… ce qui est très ennuyeux vu que je vais vous dire beaucoup de bien de ce titre. Et pourtant, vous n’êtes pas obligé de me croire, mais je vais vous le dire en toute impartialité. En effet, j’adore l’univers des comics DC, son histoire, ses héros et vilains et leurs personnalités, mais j’aurai pu être déçu par son adaptation en MMO ou par le scénario du jeu. J’aurai aussi pu être satisfait sur ce plan, mais pas sur l’aspect purement technique, notamment les graphismes (auxquels je suis très sensible, personnellement) et le gameplay. Pourtant, ce n’est pas le cas.

Création de personnage



Mais commençons par le commencement : la création de personnage : celle-ci, loin d’être statique, vous montre votre personnage en action, ce qui fait que vous avez un aperçu précis, même avant d’entrer en jeu et de valider vos choix (certains définitivement), de ce à quoi ressemblera votre personnage. Pratique pour éviter les déconvenues en cas d’aspect d’une arme, d’une posture ou d’un mode de mouvement qui, finalement, ne convient pas, et vous force à effacer le personnage.

Le nombre de choix proposés dans chaque catégorie (cheveux, peaux –normales et divers types de peaux spéciales – démoniaque, reptilienne, cristalline, cyborg,…-, éléments de costume,…) n’est ni trop petit, ni aussi élevé qu’il peut l’être, à la création, dans d’autres MMO de super-héros. Cependant, il faut bien se rendre compte que vous débloquez des éléments de costume tout au long du jeu, et que ce-dernier garde en mémoire le « style » de tout ce que vous avez un jour possédé, vous permettant, sans toucher aux caractéristiques d’un objet, de modifier à volonté votre apparence. De plus, un PnJ dans votre QG (Watchtower ou Hall of Doom) vous permet aussi de changer de coiffure, ce qui fait qu’à part le choix du jeu de couleurs du costume et du set de pouvoir, aucun autre choix n’est définitif (par contre, vous pouvez, moyennant finance, modifier la répartition des points dans le set choisi, toujours auprès d’un PnJ du QG). Pour ce qui est des armes, une fois le niveau 10 atteint, vous pouvez investir dans une ou plusieurs autres armes que celle choisie au départ, donc rien n’est définitif non plus à ce niveau.

Premier choc



Une fois votre avatar créé, vous débarquez d’abord dans un vaisseau de Brainiac pour un tutoriel, et là, c’est le premier choc : le jeu est nettement plus abouti graphiquement que ce qu’aucune démo ou aucun screen n’aurait pu laisser supposer jusque-là. Son niveau, est, de l’avis général de ceux qui ont eu l’occasion d’essayer les deux, supérieur à celui de Champions Online.

Seconde bonne surprise, dès le tutoriel, le gameplay se révèle particulièrement agréable, tenant plus du jeu de combat sur console que du MMO classique. Je vous rassure cependant, même s’il est jouable (sur PC) au pad Xbox ou à la manette PS3, ces-dernières ne sont en rien indispensables, DCUO s’accommodant parfaitement du clavier et de la souris. Les combos n’ont rien de compliqué, il s’agit de taper (ou de maintenir) sur un certain bouton de la souris à tel ou tel rythme ou dans tel ou tel enchaînement. Par contre, ce gameplay type jeu de combat est parfaitement jouissif, vous alternez les différentes possibilités offertes par votre arme (chacune peut attaquer à la fois à distance et au contact, avec plus ou moins d’efficacité selon son type, et avec des dégâts et une vitesse d’attaque différente) avec celles conférées par vos pouvoirs et votre mode de mouvement.

Second choc





En sortant du tutoriel, vous arrivez soit à Gotham City (si vous suivez la campagne du Joker ou de Batman), soit à Metropolis (pour les 4 autres Mentors / campagnes). Et là, c’est le second choc : les villes sont im-men-ses et extrêmement bien rendues, vivantes avec leurs piétons, leur trafic routier,… et surtout très proches de leur version comic. Gotham, par exemple, est plongée dans une nuit éternelle, une lune énorme et le bat-signal trônant dans le ciel, parcouru de dirigeables de la Police et de projecteurs le balayant en tous sens. En parlant de cela, les personnages DC célèbres sont eux aussi très bien rendus, et, pour la plupart, très fidèles à leur version comic. De plus, leur doublage (en VO, puisque la Beta est en anglais), va du bon à l’extraordinaire (Mark Hamill en Joker est un véritable monument en matière de jeu de doublage).

Vol au-dessus d'un nid de super-vilains





Vous prenez votre première mission, et, parce que les villes sont immenses, vous déclenchez votre mode de déplacement. Le vol est absolument exceptionnel : songez que, dans ce jeu, vous pouvez voler de façon illimitée. Oui, oui, illimitée. Pas de jauge, pas de temps de recharge, rien. Si vous voulez voler en permanence, personne ne vous en empêche (sauf au combat, où vos adversaires tenteront de vous coincer à terre, mais c’est une autre histoire). Voilà déjà un changement majeur par rapport aux autres MMO. Et cet aspect ne s’arrête pas là : certains ennemis volent ou flottent aussi, ce qui vous amène à devoir gérer l’aggro en trois dimensions, facteur lui aussi assez inédit. Enfin, certaines facultés liées au vol (ou aux autres modes de déplacement) vous permettent aussi d’attaquer, ce qui fait que les compétences utilisables au combat ne dérivent pas seulement de vos pouvoirs ou de vos armes, mais aussi de votre mode de mouvement.

J’ai peu essayé, à titre personnel, l’acrobatie, mais par contre, de l’avis général (notamment des testeurs anglo-saxons), la super-vitesse est pénible à contrôler, quoique visuellement attractive et permettant un déplacement rapide, en tout cas, subjectivement sans doute plus rapide que le vol « normal » (mais vous pouvez à terme débloquer le vol supersonique pour aller plus vite).

Quêtes et expérience



Bon, vous savez vous battre, vous déplacer, utiliser des pouvoirs… et vous en faites quoi de tout ça me direz-vous ? Vous réalisez des quêtes, et il y en a pour tous les goûts : quêtes « de campagne » données par le mentor, quêtes hors-histoire principale trouvées au hasard un peu partout, quêtes d’exploration (passez par trois points spécifiques d’un quartier de la ville pour débloquer des récompenses), courses (passez au travers d’anneaux par exemple, en vol, dans une épreuve chronométrée), avis de recherche (retrouvez et battez telle ou telle icône DC), alertes (instances à 4), instances solo (faisant partie de la campagne), « chambres-fortes » vous permettant, toutes les 24h, d’accéder à un endroit rempli d’objets divers à récolter, arènes PvP,… bref, il est très difficile de s’ennuyer, sachant qu’en plus le jeu vous propose une chasse aux indices disséminée partout dans le monde. Et de plus, si par extraordinaire vous n’avez plus rien à faire (à un niveau donné) dans une des deux villes, personne ne vous empêche d’aller vers l’autre…

Un point important à noter est que ces quêtes sont le seul vrai moyen d’avancer dans le jeu, puisque celui-ci a été spécifiquement conçu pour bannir le bash : un ennemi normal, en effet, ne vous donne que de 1 à 10 points d’expérience, alors qu’une quête ou une instance solo vous en donne de plusieurs centaines à plusieurs milliers. Petit plus très agréable, pour un certain nombre de quêtes, vous n'avez pas besoin de récupérer la récompense à un endroit particulier, vous l'obtenez là où vous êtes. Pas de souci de navigation non plus, tout est balisé sur la mini-carte.

La progression est fluide, il suffit de faire les quêtes pour monter sans souci de niveau, et la difficulté est bien adaptée dans l’écrasante majorité des cas (seuls les avis de recherche et les instances offrant une réelle difficulté en solo). Et il ne faut pas s’inquiéter d’avancer rapidement, le niveau maximal du jeu (fixé à 30 à la sortie) une fois atteint, vous n’en êtes, selon les développeurs, même pas à la moitié du jeu, sans compter que du contenu sera ajouté mensuellement (nouveaux personnages, nouvelles arènes, etc…).

Un univers riche et parfaitement exploité



A propos des instances solo, la principale caractéristique de DCUO est que vous n’affrontez pas des boss sans âme affublés de patronymes ronflants du type « Kasspatout Grossmassue ». A titre personnel, j’ai affronté récemment Supergirl, la cousine de Superman en personne, ainsi que d’autres ennemis aussi célèbres et d’une grande puissance, et franchement, je peux dire qu’on n’en mène pas large face à des adversaires d’une telle force et d’une telle réputation / aura. Les vaincre est déjà une belle récompense en soi (on peut légitimement bomber le torse), mais, en plus, vous avez droit à une petite séquence type comic animé vous parlant d’un des personnages clefs de l’instance.

J’ai aussi eu l’honneur de croiser par hasard Superman en personne, qui observait la ville du haut d’un de ses plus hauts buildings : il a posé son regard d’acier sur moi et m’a dit « nul besoin d’une vision aux rayons X pour voir que tu es une mauvaise graine », avant de s’envoler (en m’envoyant bouler dix mètres plus loin au passage). Le plus étonnant est d’ailleurs qu’il m’ait laissé en vie… A ce propos, la mort n’a rien de pénalisant, juste une petite « érosion » de l’efficacité de votre équipement, que vous pouvez arranger pour une somme ridicule dans n’importe quel sanctuaire. Le plus ennuyeux est les 20-30 secondes qu’il vous faut pour retourner là où vous étiez, mais bien entendu, un bon samaritain sur place peut vous réanimer sans problème, vous évitant le déplacement. A propos de bons samaritains, vous pouvez coopérer avec les gens environnants sans grouper et sans problème, vous validez tous vos objectifs de quête si vous vous mettez à plusieurs pour réaliser l’un d’eux.

Progression



Au fil des niveaux et des aventures, vous débloquerez de nouvelles instances de groupes, de nouvelles arènes PvP, des pouvoirs plus puissants, des éléments de costume supplémentaires, et augmenterez votre réputation auprès de différentes factions, vous donnant accès à de nouveaux équipements (qui nécessitent une affinité particulière avec telle ou telle faction). La récompense suprême est une des armures iconiques du jeu, donnée par un des plus grands héros ou vilains DC.

Passé le niveau 9, vous pourrez aussi assumer un rôle autre que celui de base, à savoir jouer soigneur, contrôleur ou tank. Ce rôle peut être changé à volonté, et modifie l’effet de vos diverses facultés. Il vous permet notamment de vous adapter en jeu de groupe très facilement, quel que soit le pouvoir choisi (même si certains ont des affinités évidentes avec certains rôles, comme la Sorcellerie avec celui de Soigneur par exemple). A signaler aussi que vous ne pouvez mettre que six facultés à la fois dans votre barre d’action (plus deux objets), mais que vous pouvez la changer entre deux combats, également à volonté.

Conclusion



Enfin bref, et pour résumer, DCUO se révèle meilleur que je ne l’espérais, et très agréable à jouer : difficulté sympathique, graphismes bien plus agréables que dans un MMO de super-héros moyen (ce type de jeu ayant toujours privilégié de toute façon un style très « comics » et n’ayant jamais fait des graphismes sa priorité), gameplay immersif type jeu de combat, univers riche et vivant (et en même temps adapté à ceux qui ne connaissent rien à l’univers DC, avec les petites séquences animées notamment), bref, tout pour craquer. Tout ? hum, pour être honnête pas tout à fait tout. Bien que le jeu soit encore en Beta, l’interface était très pénible jusqu'à la mise à jour de mardi qui a pas mal arrangé les choses, trop grosse, un peu grossière, et surtout « à volets », et il faut parfois en fermer plusieurs pour revenir à un volet précédent. La super-vitesse est sans doute perfectible aussi, et il faut espérer que la future extension apportera au moins un nouveau set de pouvoirs (lumière / électricité a été évoqué par les développeurs).

Enfin, en un mot comme en cent, ce jeu, auquel personne ne semble prédire un grand avenir dans nos contrées (aux USA, vu le développement de la « culture comics », la situation est très différente), pourrait bien se révéler être une immense surprise au vu de son côté immédiatement accrocheur, de ses nombreuses qualités et de son peu de défauts. Bref, un jeu qui est comme ses personnages, super, tout simplement.

En résumé



Mes Plus :
  • Graphismes de qualité pour un MMO de super-héros.
  • Gameplay dynamique, qui fait que le jeu est un vrai défouloir et qu'on ne s'ennuie pas.
  • Univers immersif.
  • Respect des personnages DC.


Mes moins :
  • Interface.
  • Un ou deux sets de pouvoirs supplémentaires manquent à mon avis.
  • Pas (encore) de possibilité de jouer un membre d'un des Lantern Corps.
  • Super-vitesse perfectible.


Retour à l'index des tests

Cet article a été vu 3938 fois

DC UNIVERSE ONLINE software © 2010 Sony Online Entertainment LLC. Tous les autres éléments © 2010 DC Comics.
SOE et le logo SOE sont des marques déposées de Sony Online Entertainment LLC.
DC UNIVERSE et tous les autres caractères et éléments y afférant sont des marques commerciales de et © DC Comics.
Copyright © 2009 Univers Virtuels pour le contenu du site.
Design : Lord Coxie Template: Cypher, Code: JB