Wonder Woman



Wonder Woman est LA super-héroïne de l’univers DC, la plus puissante, la plus aimée, la plus emblématique, et celle dont la publication dans les comics a été ininterrompue depuis sa création en… 1941 !
A l’origine conçue comme une contrepartie féminine à un monde de super-héros dominé exclusivement par des hommes (Superman, Batman), Wonder Woman a été inspirée par Elizabeth, la femme de son créateur, William Moulton Marston, une personne extraordinaire qui possédait trois diplômes de l’enseignement supérieur à une époque où il était très difficile pour une femme (pour des raisons sociales) de n’en posséder ne serait-ce qu’un seul (et de fait, elle avait du faire face à une très forte opposition, aussi bien de la part de son père que des institutions) et qui est décédée un peu après son… centième anniversaire. Tous deux psychologues mais aussi créateurs de comics, les Marston voulaient introduire un personnage semblable à Superman, mais qui baserait moins ses actions sur la force ou la puissance de feu et plus sur le pouvoir de l’amour. Le fait qu’ils aient travaillé sur un ancêtre / composant essentiel du détecteur de mensonges à Harvard éclairera aussi d’un jour nouveau l’origine d’un des artefacts principaux de Wonder Woman, le fameux Lasso de Vérité.

De fait, le personnage de Wonder Woman deviendra une véritable icône du féminisme par la suite dans le monde réel, tout comme elle incarne les idéaux de paix, d’amour et de l’égalité des sexes, dans l’univers DC. Il faut toutefois remarquer que cette parangonne de la paix se retrouvera souvent projetée dans de violents affrontements !

Créée lors des pires heures de la Seconde Guerre Mondiale, à une époque où les forces de l’Axe volent de victoire en victoire, Wonder Woman combat d’abord et avant-tout ces dernières (ainsi que toute une armada de super-vilains, bien entendu). Dans les décennies suivantes, elle est un membre incontournable de la JSA (jusqu’en 1960) puis de la JLA (dont elle sera le leader durant une époque, après la mort de Superman des mains de Doomsday), et elle devient le seul membre féminin de ce que l’on appelle la « Trinité DC », qu'elle compose avec Superman et Batman.

Wonder Woman a également un rôle de premier plan dans DC Universe Online : elle est le Mentor de toutes les héroïnes et de tous les héros dont les pouvoirs sont d’origine mystique (magique, divine). S’ils lui prouvent leur valeur, elle peut aussi leur donner une récompense ultime, son armure appelée la « Force d’Héra ».

Pour plus de simplicité, nous n'évoquerons pas dans le détail la longue et complexe histoire des aventures de Wonder Woman, mais simplement les origines du personnage et ses pouvoirs. Par contre, quand une partie de son histoire pourra nous éclairer sur un autre personnage de l'univers DC, elle sera racontée dans la fiche de celui-ci.

Sommaire



Origines



Elles dépendent, comme souvent pour les personnages DC les plus anciens, des différents « âges » définis dans la longue histoire des publications de comics DC.

Age d’or et Age d’argent



Wonder Woman est, dès sa création, en 1941, décrite comme la princesse du peuple mythique des Amazones grecques, créées par les déesses grecques aux alentours de 1200 avant Jésus-Christ à partir des âmes des femmes qui avaient été assassinées par les hommes. Elles en ont fait des êtres en tout point supérieurs à ces derniers.
Elle est équipée de bracelets lui permettant de résister aux balles et d’un lasso de vérité (forgé à partir de la Ceinture magique d’Aphrodite), incassable, infiniment élastique et forçant tout ce qu’il attrape à obéir à la volonté de son porteur. Elle est à la fois belle, intelligente et forte. A ce stade, ses pouvoirs ne sont pas encore un cadeau des dieux grecs (comme ce sera le cas par la suite) mais plutôt le résultat de son entraînement et de son statut d’Amazone.

Un officier de renseignement US, Steve Trevor, s’écrase avec son avion sur Paradise Island, la patrie des Amazones. Leur princesse, Diana (oui, oui, je sais…), qui n’est autre que Wonder Woman, le soigne et en tombe amoureux. Or, la déesse Aphrodite a décrété sur ces entrefaites qu’il était temps qu’une Amazone visite le monde des hommes et aide à combattre les Nazis. Un tournoi est organisé pour déterminer qui sera l’heureuse élue, et, bien que Diana n’ait pas l’autorisation d’y participer, elle le fait quand même en se déguisant. Elle gagne, bien entendu, puis dévoile sa véritable identité, et sa mère, la reine Hippolyte, est bien forcée de l’autoriser à partir.

La belle amazone et le pilote blessé retournent alors vers la civilisation, Wonder Woman endosse alors le rôle du Lieutenant Diana Prince, infirmière de son état. Elle combat le crime, et un de ses objectifs est de réhabiliter les criminels qu’elle capture, de leur faire changer de vie. Elle rejoint la JSA, dont elle est le premier membre féminin et, reflet de l’époque, la… secrétaire (alors qu’elle est un des membres les plus puissants de l’équipe…) !

Après la mort de William Moulton Marston en 1947, les auteurs qui lui succèdent en font un personnage moins féministe et plus conforme aux autres super-héroïnes de l’époque. De plus, son arsenal s’agrandit : boucles d’oreilles lui permettant de respirer dans le vide de l’espace, avion invisible, tiare pouvant être utilisée comme un boomerang indestructible, et communicateur caché dans un de ses bracelets.

Le personnage subira de nouveaux changements dans la seconde moitié des années cinquante et au cours des années soixante (Age d’argent des comics). Désormais, ses pouvoirs seront des cadeaux des dieux grecs : elle recevra la beauté d’Aphrodite, la sagesse d’Athéna, la force d’Hercule et la rapidité d’Hermès. Elle sera aussi capable de voler (sans avoir besoin d’un avion invisible) et toute référence au nazisme disparaîtra de ses origines (lorsque le Multivers sera introduit dans l’histoire des comics –voir le Guide de l'univers DC-, la Wonder Woman de l’Age d’or des comics que nous avons décrite en début de paragraphe sera censée être celle de la Terre-2, tandis que celle de l’Age d’argent –1956 à 1970- sera celle de la Terre-1). Son origine variera au cours de l’âge d’argent : durant une période, elle est une amazone normale, qui grandit sur Paradise Island (1958-1966), mais sinon elle est supposée avoir été sculptée dans l’argile de l’île (voir plus loin).

Retour au sommaire

Age de Bronze



A la fin des années soixante, Wonder Woman abandonne ses pouvoirs afin de pouvoir rester dans le monde des hommes (les autres Amazones partant dans une autre dimension). Sous la conduite d’un maître chinois (I Ching), elle perfectionne sa connaissance des arts martiaux et des armes, puis vit des aventures balayant un spectre très large (avec une bonne part d’espionnage tout de même). A cette époque, son adversaire le plus connu est Catwoman. Elle tient aussi une boutique et coopère avec des détectives privés, ce qui la rapproche du Canari Noir de l’Age d’or (voir la fiche de cette dernière).

Lors du lancement d’une nouvelle formule du comic sur Wonder Woman, l’équipe change à de nombreuses reprises, et tous les liens avec l’ancienne vie de l’héroïne sont coupés. La série subit aussi des changements de thème, de ton, de contexte,… cependant, à partir de début 1973, la belle Amazone retrouve ses pouvoirs et son costume traditionnel, essentiellement sous l’impulsion de Gloria Steinem (journaliste et grand défenseur des droits de la femme), qui a grandi en lisant les comics de Wonder Woman et ne saurait supporter de voir une des plus célèbres super-héroïnes dépourvue de pouvoirs plus longtemps. S’ensuit alors une longue histoire racontant comment Diana tente de revenir vers la JLA, qu’elle avait quittée après avoir renoncé à ses pouvoirs, en tentant d’accomplir douze « travaux » (épreuves, tests) bien évidemment inspirés de ceux d’Hercule et supervisés en secret par douze membres différents de la JLA.

Retour au sommaire

Crisis on Infinite Earths et ses conséquences



Avec Crisis (voir le guide de l’univers DC pour plus de détails), la Wonder Woman de la Terre-2, qui est mariée avec Steve Trevor, est purement et simplement effacée, ce qui permet de complètement relancer et redéfinir le titre et son héroïne en 1987. L’histoire de Wonder Woman acquiert une profondeur qu’elle n’a jamais possédée jusque-là, avec notamment une origine bien plus détaillée et des adversaires ayant bien plus de consistance. Pour résumer, Wonder Woman est désormais la princesse et l’émissaire de Themyscira (nouveau nom de Paradise Island), et ses pouvoirs sont des cadeaux qui lui ont été accordés par les dieux grecs : la beauté d’Aphrodite, la sagesse d’Athéna, la puissance de la terre-mère de Demeter, l’affinité avec le feu d’Hestia, et une affinité avec les animaux, la vitesse et le don de voler d’Hermès, ainsi que l’instinct du chasseur d’Artémis. En effet, les dieux ont fait sculpter un enfant à Hippolyte (qui en désirait un) dans de l’argile, puis lui ont à la fois insufflé la vie et tous leurs dons.


Le thème américain de son costume (la partie étoilée du bas qui ressemble au drapeau des USA) est aussi expliqué : un pilote nommé Trevor s’est bien écrasé sur Themyscira durant la seconde guerre mondiale, mais il s’agissait de la mère de Steve Trevor, Diana. Manque de chance, elle fut prise en plein milieu d’une bataille entre les Amazones et le démon Cottus durant laquelle elle reçu une blessure mortelle. Néanmoins, son aide fut décisive pour repousser la créature, et son sacrifice impressionna tellement les Amazones qu’elle l’enterrèrent avec une de leurs armures recouverte du drapeau américain. Quand Wonder Woman est envoyée vers le monde des hommes en tant qu’émissaire (après qu’elle ait gagné un tournoi auquel elle n’était pas supposée participer), son costume / son armure reprennent en partie la symbolique du drapeau américain en l’honneur de cette femme pilote et pour faciliter son insertion dans cet univers qui est étranger aux Amazones. De plus, quand Hippolyte façonne son enfant dans l’argile, elle lui donne le prénom de Diana en l’honneur de Miss Trevor.

Initialement naïve et innocente, Diana de Themyscira n’a cependant aucun scrupule à utiliser la force brute (c’est avant tout une guerrière hautement entraînée après tout), notamment face à ses nouveaux ennemis jurés, Arès (le dieu grec de la guerre), Circé, Cheetah et Silver Swan. Elle débarque d’abord à Boston, où elle fait notamment la connaissance d’un officier de l’Air Force, Steve Trevor (mais avec qui elle n’a pas de relation romantique, comme aux époques précédentes). Lors d’une bataille contre un des serviteurs d’Arès, c’est le grand public qui donne à Diana de Themyscira le surnom de Wonder Woman. Plus tard, elle vivra à Gateway City.

Les auteurs suivants introduisent différents personnages qui assument temporairement le rôle de Wonder Woman à la place de Diana : l’Amazone Artémis (jusqu’à sa mort) et la mère de Diana, Hippolyte (jusqu’à ce que Diana soit déchue de son statut de Déesse de la Vérité et ne reprenne son identité de justicière). Des éléments issus de la série télévisée sont aussi introduits dans le comic.

Retour au sommaire

Infinite Crisis



Lors d’une des séries qui sert de prologue à Infinite Crisis (2005-2006), Wonder Woman brise le code d’honneur des superhéros qui leur interdit de tuer. Elle a un violent affrontement avec Superman qui la prend pour son ennemi, Doomsday, du fait du contrôle mental qui lui est imposé par Maxwell Lord (qui lui avait aussi fait croire que Batman était Brainiac et qui l’avait conduit à lui administrer une véritable correction). Pendant le combat, elle réalise que vaincre l’Homme d’Acier ne brisera en rien l’emprise de Lord. Elle crée une diversion, sème Superman, retrouve Lord et l’entoure de son Lasso de Vérité. Elle lui demande alors comment briser le contrôle mental, et Lord répond qu’il faut qu’elle le tue, ce qu’elle fait (elle lui brise la nuque).

Ce meurtre et sa motivation sont violemment rejetés par Batman et Superman, et, pire que ça, des images, simplement sous-titrées « meurtre », sont projetées au grand public par le satellite Brother Eye, une plate-forme d’espionnage très perfectionnée abritant une intelligence artificielle rebelle ayant autrefois travaillé pour le compte de Checkmate (tout comme Maxwell Lord). Cette propagande n’est qu’un volet de la campagne lancée par Brother Eye (qui contrôle 200 000 OMAC, des humains modifiés en cyborgs) contre les superhumains. En tout cas, elle se révèle redoutablement efficace, puisque les gens regardent ces images avec peur et dégoût et perdent toute la foi (il n’y a pas d’autre mot) qu’ils avaient placée en elle.

Au début d’Infinite Crisis, deux des trois icônes de la Trinité DC sont ainsi en froid avec la troisième, Wonder Woman, et ne lui font plus aucune confiance. Superman la voit comme une meurtrière de sang froid, Batman comme l’incarnation de l’esprit qui a poussé aux effacements de mémoire (voir la fiche de Zatanna). Pire encore, Brother Eye expédie tous les OMAC survivants vers Themyscira, et les Amazones, isolées car honnies par le monde entier, doivent combattre seules pour leur survie. Après l’avoir employé une fois, elles ont la tentation d’utiliser à nouveau le Rayon de la Mort Pourpre, une version pervertie de leur célèbre Rayon Pourpre guérisseur, pour donner la mort. Cependant, Wonder Woman se rend compte que le satellite attend ce genre d’occasion pour à nouveau transmettre aux gens des images de violence qui exacerberont l’effet de celles de la mort de Maxwell Lord, et elle les convainc de renoncer à cette arme.
Diana fait alors appel à Athéna pour transporter Paradise Island et ses sœurs Amazones dans une autre dimension, mais elle choisit de ne pas les suivre pour faire face, seule, aux OMAC.

C’est alors que les analogues venus de la Terre-2 de Wonder Woman et de Superman, Diana Prince et Kal-L (à ne pas confondre avec Kal-El, alias Superman de la Terre-1), font leur apparition, la première pour conseiller Wonder Woman de disparaître (elle a survécu à la disparition de son univers lors de Crisis en allant vivre dans l’Olympe), le second pour affronter son double. Grâce à la sagesse de son double, notre Amazone convainc les deux Superman de coopérer au lieu de se battre, afin d’affronter Alexander Luthor Junior (de la Terre-3 pré-Crisis) et Superboy-Prime, qui se sont échappés de l’univers de poche où ils avaient été enfermés après Crisis on Infinite Earths et ont déclenché les évènements d’Infinite Crisis (sur lesquels nous ne nous étendrons pas outre mesure).

Lors de la Bataille de Metropolis qui s’ensuit, Diana redore son blason en persuadant Batman de ne pas tuer Alexander Luthor Jr, et à la fin de la crise, la Trinité retrouve ses anciennes relations amicales. De plus, les origines de Wonder Woman à l’Age d’argent sont restaurées et il est aussi révélé qu’elle a été un des membres fondateurs de la JLA.

Retour au sommaire

2006 : lancement de la troisième série de comics Wonder Woman



Dans One Year Later (Un an plus tard), Donna Troy (le double de Diana) est devenue la nouvelle Wonder Woman, Diana ayant disparu, bien qu’on prétende l’avoir aperçue aux côtés d’un sage asiatique du nom de I Ching. Les charges pour le meurtre de Maxwell Lord sont levées par la Cour Mondiale, mais pas par le gouvernement américain (plus tard, le grand jury refusera de la mettre en accusation).

Quand elle réapparaît, elle devient Diana Prince, agent secret au service du Département des Affaires Métahumaines (Batman l’a aidée à créer sa nouvelle identité secrète). Elle fait équipe avec Némésis et est sous les ordres de Sarge Steel. Elle réside désormais à Washington.

Sa première mission est justement de secourir Donna Troy, enlevée par un groupe de ses ennemis (comprenant Cheetah, Docteur Psycho et Giganta) dont les pouvoirs ont été augmentés par Circé. Elle est assistée par son co-équipier, Némésis, ainsi que par Robin, la seconde Wonder Girl (Cassie Sandsmark) et par Hercule. Cependant, ce-dernier trahit Diana et livre le groupe à Circé, qui s’empare de leurs pouvoirs à tous, y compris ceux de son allié. Circé est cependant vaincue, et Diana redevient la Wonder Woman en titre.

En 2007, elle reçoit de Circé le pouvoir de se transformer à volonté en une version d’elle-même pleinement humaine et sans pouvoir (et, il est important de le préciser, mortelle) : Diana Prince.
Lors de Final Crisis, elle est infectée par un virus qui lui fait subir un lavage de cerveau, ce qui fait qu’elle entre au service de Darkseid aux côtés de Catwoman, Giganta et Batwoman afin d’aider le dieu à conquérir la Terre.
Durant Blackest Night (2009-2010), suite à des évènements complexes, Wonder Woman devient une Star Sapphire après avoir brièvement été une Black Lantern (voir le Guide des Lantern Corps ou la fiche de Sinestro), mais perd son anneau dans la bataille finale de cet événement.

Les derniers numéros en date du comic sont désormais écrits par J. Michael Straczynski (le créateur de la mythique série de science-fiction Babylon 5). Ils montrent une réalité alternative créée par les dieux dans laquelle Paradise Island a été détruite et où nombre d’Amazones ont été élevées dans le monde extérieur. Wonder Woman a un souvenir partiel de l’ancienne version de la réalité, et tente de la remettre en place. Elle est censée avoir été élevée à New York et possède, à compter d’Août 2010, un tout nouveau costume, créé par Jim Lee (qui a aussi amplement travaillé sur DC Universe Online).

Dans cette version de l’histoire, son panel de pouvoirs est initialement limité, mais elle en gagne rapidement au fil des numéros (ainsi que son Lasso). Booster Gold, Captain Atom, Fire et Ice sont les seuls super-héros à se souvenir à la fois de l’ « ancienne » Wonder Woman et de Maxwell Lord (qui a utilisé ses pouvoirs pour faire oublier au reste du monde son existence).


Retour au sommaire

Apparence et amours de Wonder Woman



Dans un monde où beaucoup de super-héroïnes (Power Girl, Starfire) ou de super-vilaines (Circé) sont d’une beauté extraordinaire, Wonder Woman est d’une beauté divine, au sens figuré mais aussi au sens propre du terme, car cette beauté lui vient de la déesse Aphrodite en personne. C’est sans conteste possible la plus belle femme de l’univers DC, seule Circé étant censée parvenir à son niveau. Elle mesure 1m80 (1m89 avec les talons des bottes de son costume), pèse 70 kg, a de magnifiques yeux bleus et de longs cheveux noirs. Sa silhouette est parfaite.

Bien entendu, avec un tel physique, il est facile d’imaginer que ses « prétendants » sont légion. Nous n’entrerons pas dans les détails de ses amours, sauf pour parler de ses relations avec les deux autres membres de la Trinité DC, Superman et Batman. Il y a une longue histoire d’attirance mutuelle entre Superman et la princesse Amazone, tout simplement parce que, plus ou moins inconsciemment, ils ont pris conscience que chacun des deux était plus ou moins le double de sexe opposé de l’autre et donc le mieux à même d’être son âme sœur (d’ailleurs, durant une période, Superman fera de nombreux rêves à ce sujet dans son sommeil).
Dans plusieurs séries de comics, il existe aussi une attirance entre Batman et Wonder Woman, même si elle semble mettre Bruce Wayne mal à l’aise. Dans Blackest Night, l’Amazone montre de forts sentiments envers le Chevalier Noir mais sans jamais les exprimer clairement.

Retour au sommaire

Pouvoirs



Les pouvoirs de notre belle Amazone, ainsi que son équipement, sont très différents selon l’époque de publication des comics :

Avant Crisis on Infinite Earths


A l’Age d’or


Grâce à son entraînement d’Amazone, la Wonder Woman de l’âge d’or peut utiliser sa force mentale pour augmenter les performances de son corps, gagnant ainsi une vitesse et une force extraordinaires. Elle est ainsi capable d’arracher une porte d’acier de ses gonds, de courir à 130 km/h, ou encore de sauter du haut d’un building et de retomber sans dommage sur ses pieds. Il est important de remarquer qu’il est clairement statué à cette époque que n’importe quelle femme suivant l’entraînement des Amazones pourrait être capable d’en faire autant, même s’il a par ailleurs été dit que Wonder Woman était la meilleure d’entre elles.
Cependant, ses pouvoirs peuvent lui être retirés si elle contrevient à la loi d’Aphrodite (déesse tutélaire des Amazones dans les comics) en se liant à un homme.

Retour au sommaire

A l’Age d’argent


Tout change cependant lorsque les auteurs introduisent le personnage de Wonder Girl en 1958, donnant une origine révisée au personnage de Wonder Woman, qui ne serait pas issue de l’argile mais née normalement avant l’installation des Amazones sur Paradise Island, et qui a donc eu une adolescence en tant que Wonder Girl (l’origine de Wonder Woman sculptée dans l’argile de Paradise Island sera rétablie en 1966). Cette fois-ci, Wonder Woman est capable d’exploits que ses propres sœurs amazones sont incapables d’égaler, car ses dons viennent des dieux gréco-romains. De plus, son entraînement lui a donné des pouvoirs télépathiques limités, de grandes connaissances scientifiques, et la faculté de parler une variété ahurissante de langues (humaines ou non, puisqu’elle parle par exemple le martien).

Lorsque l’origine de Wonder Woman revient à la « normale » (sculptée dans l’argile et rendue vivante par les dieux), elle gagne encore de nouveaux pouvoirs : super-souffle (comme Superman), faculté d’agir sur le climat (génération de vents violents, de neige,…) apparemment donnée par le demi-dieu Hercule, la faculté de chevaucher les courants aériens dans un simulacre de vol, une vision microscopique, une télépathie plus puissante, la faculté de conférer une grande sagesse à d’autres personnes, et bien d’autres encore. De plus, selon l’auteur de comics et les besoins de l’histoire, ses pouvoirs et son degré d’invulnérabilité sont variables. Dans certains cas, elle est capable de soulever toute l’île de Themyscira d’une seule main ou de découper une porte d’acier avec un seul ongle ! Elle est capable d’augmenter sa force d’un facteur dix en enlevant ses bracelets (voir plus loin), ce qui est cependant dangereux car cela la met dans un état psychologique instable (une rage de berserker).

Retour au sommaire

Après Crisis on Infinite Earths



Ses pouvoirs lui ont été donnés par les six dieux de l’Olympe après sa création à partir de l’argile de Themyscira :
  • Force (donnée par Déméter) : Wonder Woman est réputée être plus forte qu’Hercule, et sa force est du niveau de celles des kryptoniens (Superman, Supergirl, Powergirl) ou de Captain Marvel (et là, c’est assez logique vu qu’ils tirent tous deux leur puissance de la même source, les dieux grecs). On considère que, sur le plan de la force physique, il s’agit de la plus puissante super-héroïne du monde (elle est, sur le papier, légèrement moins puissante que Power Girl ou Supergirl, mais son entraînement et son esprit guerrier compensent largement ce fait), et que celle-ci est de niveau divin.
    Elle peut manipuler jusqu’au tiers de la masse totale de la terre et, de façon routinière, soulever des poids de l’ordre du million de tonnes. Elle manipule des masses de 100 tonnes (qui, dans la plupart des univers de super-héros, marquent la limite inférieure des capacités des personnages les plus puissants) sans la moindre trace d’effort, de ce fait, et elle a pu assister Superman et Martian Manhunter lorsqu’il fallu déplacer… la planète Terre !

  • Résistance (également conférée par Déméter) : Wonder Woman est très résistante aux attaques physiques mais aussi magiques (ce qui la différencie des kryptoniens par exemple, qui sont vulnérables à ces dernières), et elle est d’ailleurs particulièrement expérimentée lorsqu’il s’agit de combattre des vilains employant la sorcellerie comme arme (au premier rang desquels se trouve Circé bien entendu). En tant que création des dieux, elle est très difficilement manipulable par le biais de la magie ou de pouvoirs mentaux.
    Sa résistance purement physique est inférieure à celle de Superman, Supergirl ou Captain Marvel, mais sa résistance à la douleur et ses facultés de régénération (voir plus loin) compensent ce fait.
    Si elle est très résistante aux attaques contondantes et aux coups à mains nues (y compris ceux portés par les plus puissants métahumains), elle est en revanche intrinsèquement plus vulnérable (enfin, tout est relatif, et cela varie aussi avec les auteurs et les publications, car dans certains cas, elle semble leur être aussi insensible qu’au coups et armes contondantes) aux armes tranchantes (à condition qu’elles le soient suffisamment) ou perforantes, ainsi qu’aux projectiles (flèches, balles), du moins ceux que ses bracelets (voir plus loin) ne bloquent pas.
    En revanche, elle bénéficie d’une extraordinaire résistance aux milieux les plus extrêmes en termes de température, de radiation ou de pression (ou son absence) : elle peut survivre sans protection dans l’espace, à une submersion dans la lave ou à une exposition directe à une… explosion nucléaire !

  • Vol (conféré par Hermès) : elle peut voler sans assistance, probablement par le biais de la magie ou de la télékinésie (comme Martian Manhunter). Elle n’est pas aussi agile en combat aérien que des spécialistes comme Hawkman, par exemple, mais elle se débrouille bien quand même. Elle vole normalement à Mach 5, mais peut dépasser la vitesse de libération terrestre si elle le désire et atteindre si nécessaire des vitesses supraluminiques.

  • Vitesse et réflexes (conféré par Hermès) : elle peut se déplacer, penser et réagir à des vitesses surhumaines. En fait, selon Flash en personne, elle peut facilement se déplacer au même rythme « de croisière » que lui (mais ne peut pas rivaliser avec lui en vitesse de pointe –de toute façon, personne ne le peut-). Ses réflexes sont plus rapides que ceux de Superman, et lui permettent d’esquiver avec facilité un tir de barrage de nombreux adversaires dotés d’armes automatiques.

  • Agilité surhumaine : son agilité, son équilibre et sa coordination sont supérieurs à ceux d’un athlète de niveau olympique.

  • Endurance surhumaine : elle est capable de combattre sans se fatiguer pendant le temps qu’il faut, comme elle l’a démontré face à un adversaire aussi puissant qu’un clone de Doomsday en personne (le seul être assez puissant pour tuer Superman, rappelons-le).

  • Régénération (conférée par Déméter) : elle peut régénérer les blessures légères à modérées à un rythme ahurissant, de quelques secondes à quelques minutes ! Son immunité aux poisons et autres maladies est également incroyable. Plus impressionnant encore, en cas de problème (blessure ou poison) trop dur à traiter, elle peut fusionner avec la Terre-mère elle-même, lui permettant de se débarrasser purement et simplement du problème en formant un nouveau corps lorsque la fusion se termine.

  • Empathie et sagesse (conférée par Athéna) : elle peut détecter les émotions des autres (elle les perçoit comme une aura) et est à tel point immunisée aux pouvoirs d’illusion, de télépathie, d’attaque ou de contrôle mental qu’elle ne les perçoit tout simplement pas !

  • Empathie avec les animaux (conférée par Artémis) : elle est capable de communiquer avec tous les animaux (y compris les dinosaures) et de les calmer par sa simple présence (même ceux qui sont très, très en colère).

  • Feu d’Hestia : la déesse Hestia lui a donné la maîtrise des Feux de la Vérité, qu’elle canalise via son Lasso (voir plus loin) pour forcer ceux qui sont pris dedans à lui dire toute la vérité et tout ce qu’elle désire. Son empathie avec le feu la rend aussi invulnérable au feu, qu’il soit normal ou surnaturel.

  • Sens acérés (donnés par Artémis) : elle possède notamment l’ « œil du chasseur », qui lui permet de ne jamais rater sa cible, et une vision capable de voir bien plus loin qu’un humain normal, ainsi que dans le noir le plus absolu. Son ouïe, son sens du goût et du toucher sont également de loin supérieurs à ceux des humains.

  • Téléportation dimensionnelle : en entrant en méditation, Wonder Woman peut se rendre dans d’autres dimensions ou plans d’existence, comme l’Enfer ou le séjour des dieux grecs. Il faut noter que, dans ce cas, tout ce qui arrive à son corps astral retentit sur son corps physique, resté sur Terre.

Retour au sommaire

Capacités



Wonder Woman est la meilleure guerrière parmi les Amazones, et, selon Batman en personne (pourtant considéré lui-même comme un des maîtres en arts martiaux de l’univers DC), elle est le meilleur combattant de mêlée du monde, ayant une connaissance parfaite des techniques de combat exotiques de son peuple. Elle a d’ailleurs battu, lors de matchs d’entraînement, Batman, le Canari Noir et Big Barda !
C’est aussi une maîtresse dans l’art du combat avec armes (elle est capable de manier de façon parfaite quasiment toutes les armes jamais fabriquées), particulièrement avec l’arc, le javelot, et bien entendu le lasso. Elle manie aussi fréquemment la hache.
En plus de ses qualités physiques, elle possède aussi un courage et un sens du commandement sans faille, et c’est une stratège et une tacticienne experte.

Grâce aux dons que lui a accordés la déesse Athéna, elle est aussi dotée d’une sagesse et d’une intelligence sans égale, ce qui, avec son charisme, son sens du leadership et de la diplomatie (le fait qu’elle puisse parler une variété ahurissante de langues l’aide aussi beaucoup), en fait l’égal, en tant que leader, de Batman et de Martian Manhunter au sein de la JLA.

Retour au sommaire

Equipement, armes et véhicules


  • Bracelets de Soumission / Gantelets (ou Bracelets) de la Victoire : Toutes les amazones portent ce que l’on appelle des bracelets de soumission, qui rappellent ceux qu’elles portaient lorsqu’elles étaient les esclaves d’Hercule. La Wonder Woman pré-Crisis utilise les siens pour se protéger des projectiles (balles, petits missiles,…), tandis que la version post-Crisis utilise à la place les Gantelets de la Victoire, qui ont été forgés par Héphaïstos à partir de fragments de l’Egide de Zeus, son bouclier indestructible. Grâce à ses réflexes surhumains, Wonder Woman peut les utiliser pour se protéger des balles ou autres projectiles et des rayons d’énergie, y compris ceux émis par des êtres aussi puissants qu’Arès ou Darkseid (avec ses terribles rayons Oméga) ainsi que ceux venant de multiples angles d’attaque. Les Gantelets peuvent aussi réfléchir une attaque énergétique vers celui qui l’a lancée.
    Quand elle croise les Gantelets, elle génère une barrière impénétrable, reflet de l’Egide elle-même, et capable de la protéger ainsi que tous ceux qui se trouvent derrière elle. Quand elle les fait s’entrechoquer, elle génère une onde de choc capable d’endommager les tympans de Superman.
    Il a récemment été révélé (et confirmé par l’intéressé en personne) que les Gantelets, étant issus d’un artefact de Zeus, peuvent aussi lancer sa foudre. Ce pouvoir a toujours été présent en eux, mais il n’en a débloqué / autorisé l’usage que peu de temps auparavant.

  • Lasso de la Vérité : il s’agit de son arme emblématique et principale (bien qu’il lui arrive aussi de manier une hache ou bien l’épée d’Héphaïstos, suffisamment tranchante pour séparer les électrons d’un atome de son noyau !), indestructible (le lasso est capable de retenir des êtres dotés de la force de Superman), impossible à altérer, infiniment élastique et contrôlable par télépathie (y compris s’il n’est pas dans ses mains, ce qui lui a été très utile lorsque le super-vilain Génocide se l’était implanté dans le corps) et brillant des feux d’Hestia. Tous ceux qui sont pris à l’intérieur sont obligés de répondre aux questions qu’elle pose et, plus important, sont forcés de dire la vérité. Le lasso peut être utilisé sur plusieurs personnes à la fois, mais l’intensité de l’effet décroît alors.

    Avant Crisis on Infinite Earths, le lasso a été fabriqué à partir de la ceinture d’Aphrodite, alors que après, il a été forgé par Héphaïstos à partir de la Ceinture Dorée de Gaïa et imprégné avec les Feux d’Hestia, qui forcent la personne entourée à dire mais aussi à accepter la vérité. Il a même été récemment révélé que le Lasso transporte l’esprit de Diana dans celui de la personne entourée par cette arme. Le lasso peut même affecter les personnes ayant la volonté la plus indomptable au monde avec une facilité terrifiante, comme Wonder Woman l’a, à l’occasion, prouvé contre le Green Lantern John Stewart ou face à Captain Marvel.

    Le lasso a aussi d’autres usages possibles : effacement ou restauration des souvenirs, soin de certaines maladies mentales (il serait très intéressant qu’elle s’en serve sur des gens comme le Joker, rien que pour voir…), implantation dans l’esprit du sujet d’instructions auxquelles il est impossible de désobéir, génération de courants d’air lui permettant de voler (pré-Crisis), transformation des vêtements civils de Wonder Woman en son costume (pré-Crisis), émission de fréquences pouvant briser les sorts (en l’occurrence ceux de Félix Faust ; pré-Crisis) en le faisant tourner, disruption des illusions, protection contre les attaques magiques pour les gens qui sont entourés avec (ce qui fait qu’il peut servir d’arme à la fois offensive et défensive),…

  • Tiare : la Tiare dorée de Wonder Woman peut aussi servir de boomerang (ainsi que de dague, d’ailleurs), son tranchant acéré combiné à la super-force de l’héroïne et à sa nature mystique lui permettant de couper la plupart des matériaux, y compris les plus résistants (elle l’a déjà utilisée pour trancher la carotide de Superman afin de le neutraliser). Toutes les versions de Wonder Woman portent cet objet doré, arborant une étoile rouge au milieu (qui représente l’engagement de la super-héroïne envers la liberté et le patriotisme). A l’Age d’argent, elle s’en servait plutôt pour assommer ses adversaires ou les empêcher de fuir.

  • Disque morphable Lansarian : il s’agit d’un petit disque d’origine extraterrestre (qui lui a été donné par les Lansarians) contrôlable par la pensée et qui peut se transformer à volonté en une version invisible de n’importe quel objet ou véhicule, le plus souvent un avion invisible (comme celui de la version pré-Crisis du personnage) capable de se déplacer à Mach 5. Il sera plus tard révélé qu’il s’agit en fait d’une créature intelligente.

  • Anneaux de Pouvoir : Wonder Woman a possédé durant de brèves périodes un anneau de pouvoir (voir la fiche de Green Lantern) noir (qui lui a été donné par Nekron lorsqu’elle est devenue une Black Lantern ; en effet, Wonder Woman a été tuée par Circé –qui l’a retransformée en l’argile dont elle est issue- avant d’être plus tard ramenée à la vie –voir la fiche de Circé pour plus de détails- et également par Neron –avant d’être ressuscitée par les dieux grecs qui en font temporairement la Déesse de la Vérité- ) puis une copie de l’anneau de Star Sapphire (voir la fiche sur les Lantern Corps pour plus de détails).

Il faut noter que Wonder Woman a, à un moment ou un autre, possédé d’autres artefacts (Sandales d’Hermès, Gantelets d’Atlas qui multiplient par dix la force de leur porteur), mais qu’elle les a ensuite donnés à d’autres personnes (dont l’Amazone Artémis et Wonder Girl) ou a décidé de ne plus les utiliser (dans le cas des Gantelets d’Atlas, elle a trouvé que la force qu’ils lui conféraient était difficile à contrôler et que de toute façon, vu sa propre puissance, elle n’avait pas besoin d’un tel supplément de capacités). Elle est aussi susceptible de revêtir une armure de cérémonie dorée munie d’ailes stylisées, d’une jupe de guerre, d’une cuirasse et d’un heaume en forme de tête d’aigle.

Retour au sommaire

Wonder Woman à la télévision



Wonder Woman a connu de nombreuses adaptations en séries animées, télévisées (il semblerait qu’une nouvelle série soit d’ailleurs possible très prochainement), et un film est désormais prévu pour 2013 (même si les projets de film ont été nombreux et n’ont jamais abouti pour l’instant). Nous nous concentrerons cependant sur l’adaptation la plus connue des aventures de la belle amazone, la série tv qui a été diffusée de 1975 à 1979 et qui était portée par la superbe Lynda Carter dans le rôle titre (il semblerait d’ailleurs que tous les projets subséquents de nouvelles séries tv se soient heurtés à un obstacle insurmontable, à savoir trouver une actrice comparable à Lynda Carter). Initialement située durant la seconde guerre mondiale, la série fut ensuite re-située dans le « présent » (celui de l’époque) à partir de 1977.

Retour au sommaire

Quelques images de la belle Lynda Carter dans son costume de Wonder Woman :



Cet article a été vu 11101 fois

DC UNIVERSE ONLINE software © 2010 Sony Online Entertainment LLC. Tous les autres éléments © 2010 DC Comics.
SOE et le logo SOE sont des marques déposées de Sony Online Entertainment LLC.
DC UNIVERSE et tous les autres caractères et éléments y afférant sont des marques commerciales de et © DC Comics.
Copyright © 2009 Univers Virtuels pour le contenu du site.
Design : Lord Coxie Template: Cypher, Code: JB